.. Chargement en cours ..

Conviction # 4

Conviction # 4

 

Pour des mobilités douces pour l’utilisateur, douces pour la collectivité, et douces pour la planète

L’urgence climatique nous impose de rationaliser l’énergie dépensée et le poids des matériaux déplacés en fonction du poids de ce qui est transporté. En complément des transports collectifs, il faut donc évidemment privilégier les mobilités douces — comme la marche à pied, le vélo, la trottinette ou les mono-roues —, aussi bien pour le transport des personnes que des biens.

Si cette idée fait aujourd’hui consensus, le terme de « doux » ne renvoie pour l’instant qu’à l’impact de ces transports sur l’environnement. Il serait intéressant d’élargir la notion aux individus et à la collectivité. Ceci implique de mettre en place des conditions de sécurité acceptables pour les utilisateurs et ceux qui les entourent et d’adapter les infrastructures et les réglementations. De nombreuses villes dans le monde — pensées autour des voitures — n’ont par exemple pas les trottoirs ou les routes adaptés à l’utilisation de trottinettes. Nous en avons fait l’expérience en France : lorsque ces modes de transports envahissent des villes inadaptées à leur usage, ils ne sont plus si « doux » que cela pour la sécurité !

Cette grille d’analyse de la mobilité « douce » peut s’appliquer à l’ensemble des modes de déplacement et pas seulement ceux des premiers et derniers kilomètres. Ainsi, le RER peut-il être considéré comme un mode de transport doux ? Et si la réponse est non, qu’est-ce qui manque pour qu’il le devienne ?

Enfin, n’oublions pas que dans de nombreux pays — notamment en Afrique sub-saharienne et dans les pays arabes (en dehors des pays du Golfe et du Liban) —, la marche à pied reste de loin le mode de transport le plus utilisé. Pour les citoyens les plus pauvres de cette région du globe, 75% des trajets quotidiens sont fait à pied (contre 45% pour les plus aisés)(a). Dans ces territoires, l’enjeu est donc de faciliter l’adoption de modes de transport à la fois plus rapides et confortables pour les gens et respectueux de l’environnement. Autrement dit, il s’agira d’éviter la phase de la voiture-reine en ville et de faire un saut direct vers les modes de transport responsables.

Concernant les moyennes et longues distances, la question des mobilités douces  se pose différemment. Pour les premières, souvent intracontinentales, des solutions existent — à commencer par le train — pour tendre vers une mobilité plus vertueuse. En revanche, l’avion représente encore quasiment le seul moyen de se déplacer d’un continent à l’autre. Ce qui amène à s’interroger sur la pertinence de certains des déplacements longue distance : est-ce pertinent de faire 3000 km pour une réunion ? Quid du tourisme : comment réduire les déplacements tout en maintenant une ouverture sur le monde et la possibilité pour tous de voyager ?

 

Note :

a D’après une étude de tendance sur le transports en Afrique menée par Engineering for Change et Yamaha Ventures / mai 2018.
https://medium.com/impact-engineered/the-african-commute-city-transport-trends-cf369e5106bd

 

CHIFFRES CLÉS

75%

des trajets quotidiens réalisés à pied pour les plus pauvres en Afrique sub-saharienne.

1 378 accidents

accidents de trottinettes et rollers en France entre 2013 et 2018.

70 000 km

d’itinéraires à vélo pour visiter l’Europe.

REGARD D'EXPERTE

Sylvie Caruso Cahn

ILLUSTRATIONS

©  S'cool Bus
© S'cool Bus

S’cool bus : le vélo collectif pour ramassage scolaire

Ce bus-vélo à assistance électrique conduit par un « coolducteur » propose huit places passagers. Il peut notamment être utilisé pour le ramassage scolaire, évitant ainsi aux parents d’utiliser leur voiture pour les trajets maison-école. Il existe déjà 10 lignes dans l’agglomération Seine-Eure en Normandie.

CC by Keith Roper
CC by Keith Roper

Flygskam : la honte de voler

Ce sentiment de culpabilité que l’on ressent quand on prend l’avion a désormais un nom : « fly shame » en anglais, issu du suédois « flygskam ». Initié et popularisé par la jeune activiste du climat Greta Thunberg, le concept pousse de nombreux suédois à remplacer l’avion par le train. Le mouvement gagne progressivement l’Europe.

CC by Dan Zen
CC by Dan Zen

Chine : cimetières de vélos partagés

Les clichés impressionnants du photographe chinois Wu Guoyong dévoilent des cimetières de vélos en libre-service abandonnés ou inutilisables, entassés par millions au milieu des paysages. Ils nous montrent aussi que pour être vraiment douces, les mobilités doivent être pensées, accompagnées et bénéficier d’infrastructures adaptées de A à Z.

NOUVELLE

© Olivier Fontvieille

Bienvenue à Stadium City !

 

Et si demain
les villes étaient transformées
en stades ?