.. Chargement en cours ..

Conviction # 6

Conviction # 6

 

Congestion des villes et cybersécurité : les questions que posent l’arrivée annoncée des voitures autonomes

Les voitures autonomes sont souvent présentées comme de nouveaux espaces de vie, véritables bulles personnelles où passer un moment agréable, y compris dans les embouteillages. Mais elles pourraient très bien aussi rouler à vide, par exemple sur le chemin du retour ou pour aller se garer plus loin. Autant d’indices qui font craindre de voir l’auto-solisme rebondir, voire « l’auto-nihilisme » (une voiture roulant toute seule) apparaître !

Une chose est sûre : les voitures autonomes ne constitueront un moyen de décongestionner les villes que si les trajets sont partagés. À ce titre, on peut se demander s’il ne vaudrait pas mieux privilégier les flottes plutôt que les voitures individuelles. Mais si les deux co-existent, assistera-t-on alors à une séparation sociale entre ceux qui auraient accès à des voitures autonomes individuelles, donc à leur propre bulle, et les autres ? Quid d’une régulation de la part des collectivités obligeant au partage ?

L’autre sujet de préoccupation concerne le risque de piratage. Car la voiture autonome porte finalement assez mal son nom : elle est hyper-connectée et dépendante des données provenant de son entourage immédiat (autres véhicules, infrastructure). C’est aussi le cas des autres types de véhicules dits autonomes (drones, avions, navires).

Aussi, devrions-nous plutôt parler de « véhicules sans pilote ». À l’horizon où ils seront mis sur le marché, les infrastructures elles-mêmes seront encore plus communicantes : la signalétique routière, la route elle-même, les gares, les ports, les phares, etc. joueront certainement un rôle important dans la régulation des flux de véhicules autonomes. Dans ce cadre, un acte de piratage pourrait avoir de graves répercussions. D’ailleurs, au-delà de la question des voitures autonomes, la cybersécurité sera en soi un enjeu majeur du 21ème siècle dans le domaine de la mobilité.

 

CHIFFRES CLÉS

92%

du temps en moyenne, les voitures des européens sont garées.

71%

des français souhaitent posséder leur propre voiture.

3 minutes

c’est le temps nécessaire pour pirater un nouvel objet connecté.

REGARD D'EXPERT

Christophe Lienard et François Stephan

ILLUSTRATIONS

© Maddyness
© Maddyness

Connectivité et cybersécurité

Parce qu’il est connecté, un véhicule autonome est vulnérable aux cyber-attaques. Or les objectifs et conséquences de ces actes malveillants pourraient être graves : vol de données, prise de contrôle du véhicule, accidents, etc. C’est donc un enjeu majeur pour les équipementiers et start-up qui travaillent sur tous les scénarios.

© Keolis
© Keolis

Des navettes autonomes pour les premiers et derniers kilomètres

En complément des transports publics déjà existants, plusieurs expérimentations de navettes autonomes, proposées par Keolis et Navya, sont en cours dans des zones moins desservies par les autres transports ou pour le premier et dernier kilomètre de certains parcours : aéroports, zones hospitalières ou vastes sites touristiques.

© MIT Media Lab
© MIT Media Lab

Le PEV : un tricycle autonome pour remplacer les voitures ?

Le « Persuasive Electric Vehicle », issu d’une collaboration entre l’Université Nationale de Technologie de Taipei et le Massachusetts Institute of Technology, est un tricycle hybride pensé à la fois pour le transport des personnes en ville — qui peuvent pédaler elles-mêmes ou se faire conduire —, et des marchandises où il fonctionne alors sans chauffeur.

NOUVELLE

© Olivier Fontvieille

Questions qui tuent

 

Et si demain
les utilisateurs étaient responsables
des accidents causés
par les voitures autonomes ?