.. Loading ..

Conviction # 7

Conviction # 7

 

L’économie de l’attention s’apprête à transformer le business model de la mobilité

La mobilité tend à devenir de plus en plus confortable et à permettre d’autres activités que celle du transport lui-même. Aujourd’hui déjà, dans un train ou un VTC — et bientôt dans un avion avec l’arrivée du wifi —, les voyageurs peuvent travailler, aller sur les réseaux sociaux, s’informer, écouter la radio, se restaurer, faire des achats, etc. Les voitures autonomes sont quant à elles conçues dès le départ pour permettre différentes activités. La tendance va s’amplifier avec l’élargissement des occupations proposées (sport, sieste…) et l’accroissement de la connectivité des moyens de transport.

Ainsi, voit-on le domaine de la mobilité progressivement envahi par l’économie de l’attention. Celle-ci consiste à faire des affaires par l’exploitation du temps d’attention des personnes. C’est le modèle des moteurs de recherche.

Pour les acteurs dominants de cette économie, Google en premier lieu, la mobilité représente donc un moyen d’accès à plus de temps d’attention. La voiture autonome — pour laquelle ils ont, en plus, naturellement des compétences — représente un véritable cheval de Troie de cette économie de l’attention et attire ainsi les investissements de certains GAFA et BATX(a). Google, par exemple, a déjà investi 1,1 milliard de dollars dans son programme de voitures autonomes et Intel a déboursé 15 milliards pour racheter la start-up israélienne Mobileye qui a développé des technologies de reconnaissance de terrain et d’évitement d’obstacles.

Or, il y a malheureusement fort à parier que ces entreprises s’intéressent plus à l’attention des passagers qu’aux enjeux majeurs de la mobilité que sont la décongestion des zones urbaines, la santé des voyageurs ou encore la réduction de l’impact climatique. Aussi, le risque pour les transports de devenir un sous-produit d’un business plus lucratif est bien réel.

Pour continuer de relever les défis propres à la mobilité, il revient donc aux acteurs historiques du secteur de s’emparer d’une partie de l’économie de l’attention pour rester compétitifs. Il appartient également aux pouvoirs publics de ne pas laisser les nouveaux entrants dicter la mobilité du futur.

 

Note :

a BATX est la juxtaposition des initiales des quatre géants du net chinois : Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi

 

CHIFFRES CLÉS

1,1 milliard de dollars

= ce qu’aurait investi Google (Waymo) entre 2009 et 2015 dans la voiture autonome.

7 000 milliards de dollars

= ce que pourrait apporter l’avènement des véhicules autonomes à l’économie mondiale d’ici à 2050.

8 secondes

= le temps d’attention moyen des humains contre 12 en 2000 (moins qu’un poisson rouge).

REGARD D'EXPERT

Guillaume Devauchelle

ILLUSTRATIONS

© Skydeals
© Skydeals

SKYdeals : pour augmenter le shopping en vol

La startup française propose aux compagnies aériennes qui disposent du wifi de mettre à disposition de leurs passagers un système de shopping privé à bord de l’avion. L’objectif est de développer des recettes annexes grâce aux centaines de clients captifs pendant la durée du vol.

CC by Tobias Brixen
CC by Tobias Brixen

Time Well Spent : reprendre le contrôle de son temps

Face aux géants du web qui nous « volent » du temps, le mouvement lancé par Tristan Harris, ancien designer chez Google, militait initialement pour un design plus éthique et plus responsable. Il a désormais intégré une plus grande association : Center for Human Technology qui travaille sur les dangers de la sur-utilisation des smartphones.

CC by Automobile Italia
CC by Automobile Italia

Le business des voitures autonomes

Les voitures autonomes sont-elles des voitures avec des ordinateurs ou des ordinateurs à roues ? Le point de vue diffère selon que l’on est une start-up technologique, un géant du web ou un constructeur traditionnel de voitures. Un point sur les forces en présence et le business model des voitures autonomes.

NOUVELLE

© Olivier Fontvieille

Hyper flop dans l’Hyperloop

 

Et si demain,
on faisait le tour du monde
en huit heures ?