.. Chargement en cours ..

Wei Wei : innovation chinoise – novembre 2020

Par : Lesley Brown 30 novembre 2020 no comments

Wei Wei : innovation chinoise – novembre 2020

Née dans le sud de la Chine, Wei Wei est ingénieure en production mécanique diplômée d’universités en Chine et en Allemagne.

Après avoir travaillé pendant plusieurs années dans le domaine de l’investissement, elle poursuit depuis dix ans sa carrière d’auteur et de chercheur indépendant en se concentrant sur l’innovation en Chine, en particulier sur les entreprises chinoises innovantes. Elle est également la fondatrice de la société de conseil GSL Innovation, basée à Shanghai, qui aide à repérer et à exploiter les entreprises, technologies, entreprises et modèles d’innovation chinois innovants.

Le 5 novembre 2020, dans le cadre d’un webinaire sur la Chine et l’innovation, Futura-Mobility  a rencontré Wei Wei pour explorer les idées clés de son livre Pioneers, Hidden Champions, Changemakers and Underdogs: lessons from China’s Innovators (2019, The MIT Press), co-écrit par elle.

 

 

Futura-Mobility : Pourriez-vous décrire le climat des affaires en Chine aujourd’hui ?

Wei Wei : Dans le livre pour enfants Alice au pays des merveilles, la reine de cœur dit : « Ici, vous voyez, il faut courir autant que possible pour rester au même endroit ». C’est exactement comme la Chine d’aujourd’hui : c’est un marché tellement dynamique et changeant, les entreprises courent toujours pour rester dans la course !

Non seulement l’économie évolue rapidement, mais la technologie et les personnes évoluent également. Les « millenials » chinois [nés après 1990] sont gagnés par l’individualisme et n’hésitent pas à s’exprimer ; ils sont très différents de l’image que renvoient traditionnellement les chinois. Ils seront non seulement les consommateurs de demain, mais aussi les employés de demain.

En même temps, beaucoup d’autres éléments changent, comme les réglementations, le paysage de la concurrence et la structure des coûts. La Chine n’est certainement plus un pays bon marché ! Dans ce contexte, les entreprises n’ont pratiquement pas d’autre choix que d’innover pour suivre le changement, pour survivre. La prochaine étape pour elles est faite de concurrence et de réflexion sur la manière de se développer.

 

« Maintenant, ici, vous devez courir autant que possible, pour rester au même endroit » (illustration de John Tenniel, 1865)

 

FM : Comment décririez-vous les entreprises innovantes en Chine ?

Wei Wei : Grâce à la méthodologie et aux recherches développées au cours des dix dernières années par moi-même et mes co-auteurs, Mark J. Greeven et George S. Yip, comprenant des entretiens avec des centaines d’entrepreneurs chinois, nous avons identifié quatre groupes d’innovateurs : les pionniers, les champions cachés, les outsiders et les faiseurs de changement.

Les pionniers et les faiseurs de changement s’adressent à un marché de masse, tandis que les champions cachés et les outsiders s’adressent à un marché de niche, souvent B2B, donc moins visible par le grand public. Les pionniers et les champions cachés sont de très grandes entreprises, créées pour la plupart au début de l’existence des entreprises privées en Chine (années 1980), tandis que les faiseurs de changement et les outsiders sont de nouveaux venus, créés pour la plupart par de jeunes entrepreneurs.

Tout d’abord, nous avons les champions qui sont déjà établis dans leur domaine, même au niveau mondial. Ces entreprises, qui comprennent des géants comme Alibaba, Tencent et Huawei, sont généralement considérées comme des « titulaires », c’est-à-dire qu’elles sont en activité depuis environ 35 ans en Chine, car avant les années 80, le pays ne comptait aucune entreprise privée, aucun entrepreneur. Il est important de noter que les fondateurs de ces pionniers sont toujours à la tête de ces entreprises, ce qui leur donne par nature un grand esprit entrepreneurial – ils acceptent de prendre des risques bien plus importants que ceux que prendraient normalement des entreprises de leur taille. De plus, ils ont un sens aigu de l’urgence.

 

  • Alibaba, le plus grand écosystème de vente au détail en Chine, est encore plus grand que Walmart, même si Amazon reste le leader mondial. Tencent est la plus grande société de jeux et Haier le plus grand fabricant de produits blancs depuis qu’il a repris l’activité d’électroménager de GE.

 

Dans le deuxième groupe, les champions cachés, on trouve également des entreprises relativement anciennes (pour la Chine) comme Mindray, Fuyao Glass et Hikvision. Elles ont tendance à se spécialiser dans des technologies et des produits spécifiques, en mettant l’accent sur le renforcement de leurs capacités de R&D et la protection de ces capacités dès les premières phases. Nous estimons qu’il y a environ 200 de ces entreprises championnes cachées en Chine aujourd’hui. Ce sont toutes des acteurs mondiaux dont 40 à 50 % des revenus proviennent de l’étranger. Elles sont extrêmement influentes dans leur chaîne de valeur.

 

  • Mindray est un grand nom dans le monde de la santé, même en dehors de la Chine. Au niveau mondial, elle détient la plus grande part du marché en matière d’équipements de surveillance des fonctions vitales. Fuyao Glass est l’un des plus grands fabricants mondiaux de verre de sécurité pour les voitures et le secteur de la mobilité en général. Hikvision est actuellement le numéro un mondial dans le domaine des caméras intelligentes et des systèmes de surveillance, avec environ 30 % de part de marché (20 % en 2015). L’entreprise compte 8 000 ingénieurs travaillant dans la R&D ; à titre de référence, le département équivalent de Bosch, qui vend également ces systèmes, compte environ 200 à 300 ingénieurs en R&D.

 

Le troisième groupe d’innovateurs est celui des outsiders technologiques comme Gago ou Royole. Ce sont des entreprises de moins de 10 ans, généralement fondées par des jeunes d’une trentaine d’années que nous qualifions « d’entrepreneurs d’élite » car beaucoup d’entre eux ont fréquenté de très bonnes écoles et sont partis à l’étranger, obtenant des diplômes d’universités de l’Ivy League comme Harvard, Stanford, ou en Europe. Ce sont le plus souvent des scientifiques et leurs entreprises se concentrent sur des technologies de niche ou des créneaux de pointe comme l’agriculture intelligente ou les écrans tactiles ultrafins.

Dès le premier jour, les outsiders font partie du réseau international d’innovation ; la co-innovation de leurs technologies et de leurs produits en dehors de la Chine fait partie de leurs pratiques. Pleins de potentiel, beaucoup d’entre eux sont susceptibles de devenir les champions cachés de la prochaine génération. En effet, ils sont souvent considérés comme une bonne cible par les grandes entreprises en tant que partenaires ou futures acquisitions. Selon une estimation prudente, environ 150 000 de ces outsiders technologiques sont en train d’émerger en Chine.

 

 

Enfin, mais non des moindres, il y a les faiseurs de changement, un autre groupe d’entreprises innovantes fondées par des jeunes. Il comprend des licornes disruptives comme DiDi, ByteDance et Pinduoduo (PDD).

Très différentes des outsiders technologiques, elles utilisent la technologie numérique armée de nouveaux modèles de business pour perturber le marché de masse. Massivement médiatisées, leur évaluation est incroyable ! ByteDance, par exemple, est évalué à 150 milliards de dollars, ce qui en fait de loin la licorne la plus cotée au monde ! Selon nos estimations, il y a plus de 200 de ces innovateurs faiseurs de changement en Chine aujourd’hui.

 

  • DiDi, « l’Uber chinois », est devenu un acteur mondial en concurrence directe avec Uber sur de nombreux marchés comme l’Asie du Sud-Est et l’Amérique du Sud. ByteDance développe des services de partage de vidéos, de réseaux sociaux et des applications comme TikTok et Douyin, son homologue chinois. La société de commerce social Pinduoduo (PDD), qui est devenue un empire du commerce électronique social, en concurrence avec des géants comme Alibaba, a conquis 600 millions de consommateurs du bas de la pyramide (les bas revenus) en Chine.

 

FM : Quelles sont les caractéristiques communes à tous ces innovateurs ?

Wei Wei : Il est important de noter que ces quatre groupes ont pour la plupart des innovations conçues localement et basées sur une approche particulière que nous appelons la « Chinese Innovator’s Way », à laquelle nous avons consacré un chapitre entier dans notre livre.  Ils sont exposés aux communautés et aux marchés mondiaux ou bien commencent à l’être.

Autre point intéressant, il y a beaucoup de femmes entrepreneurs en Chine, surtout dans la jeune génération. Par exemple, la fondatrice de VIPKID un acteur du changement et l’une des plateformes d’apprentissage de l’anglais en ligne les plus importantes et à la croissance la plus rapide au monde est une jeune femme, Cindy Mi.

 

▶️ La Chine : innovation et normalisation au service de son expansion économique ◀️

 

FM : Dans le domaine de la mobilité, avez-vous des exemples d’innovateurs chinois remarquables ?

Wei Wei : Oui, l’un d’entre eux est un champion en pleine transformation appelé Geely. L’entreprise a commencé dans les années 1980 en fabriquant des réfrigérateurs, puis s’est diversifiée en fabriquant des scooters. Dans les années 1990, son fondateur Li Shufu a décidé de construire des voitures parce que les chinois s’enrichissaient et que la demande de voitures augmentait. Beaucoup de gens se sont moqués de lui car, étant donné les composants et la technologie utilisés, la fabrication de voitures n’est pas simple et l’entreprise n’y connaissait rien.

Autre obstacle, à l’époque, le gouvernement chinois n’accordait pas de licences aux entreprises privées pour la construction de voitures.  Néanmoins, Li Shufu a saisi l’opportunité et a simplement acheté sa licence à une autre organisation qui en avait déjà une.

La première voiture qui est sortie de sa chaîne de production était terriblement laide. Les gens disaient au fondateur de Geely qu’il était fou et se demandaient comment ce produit pourrait être compétitif sur le marché.  En réponse à ses critiques, Li Shufu a simplement répondu : « dites-moi ce qui ne va pas et je ferai mieux ». Grâce à cet esprit d’entreprise, en 2010, Geely était assez puissant pour acquérir Volvo !

 

Crédit photo : Xing-Yue-CMA-Geely

 

Une fois de plus, cette histoire illustre l’analogie avec la Reine de Cœur – en Chine, les entreprises ne peuvent tout simplement pas s’arrêter ! Surtout si l’on tient compte de toutes les tendances lourdes dans le secteur de la mobilité.

 

  • Geely est passé d’un rôle de débutant à la production d’une belle voiture qui est maintenant très populaire auprès des chinois. En outre, elle investit massivement dans les véhicules électriques et vise à conquérir 90 % du marché des voitures à moteur non thermique en Chine les deux prochaines années.

 

Plus récemment, la société a lancé son « Écosystème Intelligent ». Le point essentiel est ici de construire un écosystème offrant une expérience véritablement centrée sur l’utilisateur qui communique avec ses clients, les rendant plus heureux et plus satisfaits. Les utilisateurs sont connectés à tous les services offerts par Geely et ses partenaires.

Geely s’appuie sur des entreprises et des partenaires innovants dans différents domaines : la plupart d’entre eux ne sont pas dans le domaine de la mobilité mais sont actifs dans les autres secteurs. Il n’y a pas de frontières. L’entreprise compte aujourd’hui des centaines de ces partenaires « inhabituels ».

Hesai Technology est une autre entreprise qui se démarque. Un nouveau venu, un outsider technologique, dont l’activité principale est la technologie des capteurs laser. Avec une équipe de R&D d’élite issue de Stanford et des meilleures universités chinoises, elle a trouvé une utilisation pour sa technologie, le Lidar, un système de détection et de télémétrie par la lumière particulièrement important pour les véhicules autonomes.

 

  • En 2020, malgré le ralentissement économique, l’entreprise a levé beaucoup d’argent … 170 millions de dollars US ! Parmi les investisseurs figurent des géants comme Bosch et Baidu, le géant chinois des moteurs de recherche, qui, comme Google, se lance massivement dans la technologie de la conduite autonome.

 

Il est important de garder à l’esprit que Hesai n’est pas seul sur ce créneau en Chine. Pour la conduite autonome, il y a un « essaim » d’entreprises innovantes qui tentent de développer une technologie de pointe à l’échelle mondiale. Nous appelons ce comportement, par lequel de nombreux entrepreneurs en Chine recherchent des opportunités de marché avérées, « l’innovation en essaim ». Une fois qu’une entreprise a démontré qu’une technologie est une véritable opportunité, un essaim d’autres entreprises se lancent dans cette même voie. La concurrence est très féroce au sein de ces essaims.

 

▶️ Peut-on parler de volonté hégémonique de la part de la Chine ? ◀️

 

FM : Quel conseil donneriez-vous à nos entreprises industrielles d’origine européenne ?

Wei Wei : La situation de l’innovation en Chine ressemble à un iceberg. Sur la pointe, qui n’en représente qu’une petite partie, se trouvent des entreprises qui sont sur toutes les lèvres, comme Alibaba et Huawei.

Mais en dessous, il y a des centaines de milliers d’innovateurs émergents dans différents créneaux technologiques qui sont aussi des disrupteurs. Ils sont cachés mais font beaucoup de choses intéressantes. Ils ont déjà une exposition ou un impact international ou sont sur le point de l’avoir. Ce sont les entreprises que vous ne devriez certainement pas manquer. Pour éviter d’être le Titanic, il est temps d’arrêter de faire concurrence dans le noir, et de savoir ce qui est sous l’eau, ce qui est sous le radar.

 

 

Photo de couverture : Free-Photos by Pixabay

 

 

 

Ajouter un commentaire

5 × un =