.. Loading ..

Bouygues invite le MIT à Paris

By: Lesley Brown 2 janvier 2019 no comments

Bouygues invite le MIT à Paris

Paris, le 11 décembre : organisée conjointement par le Programme de Liaison Industrielle (ILP) du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et du Groupe Bouygues, cette réunion a réuni des universitaires et des industriels du MIT pour explorer les impacts – réels et attendus – des technologies de l’information.

Dans son allocution de bienvenue, Olivier Roussat, Directeur général délégué et Président de Bouygues Telecom, a déclaré que le Groupe se concentrait aujourd’hui sur les développements de l’intelligence artificielle (IA), du Big Data, de la réalité augmentée et de l’Internet des objets (IoT), en travaillant sur la meilleure manière de les exploiter. Il a pris l’exemple de l’introduction de la robotique dans les activités du Groupe pour effectuer des tâches difficiles physiquement pour le personnel humain.

M. Roussat s’est également interrogé sur l’impact de ces technologies sur les villes et l’économie mondiale au cours de la prochaine décennie. Dans un essai de 2018 intitulé ‘Notes from the AI frontier: Modeling the impact of AI on the world economy’, le cabinet McKinsey prévoit que l’IA pourrait générer 13 billions de dollars (11,4 billions d’euros) d’activité économique dans le monde en 2030.

En tant que membre de l’ILP, Bouygues mobilise les ressources du MIT pour anticiper l’évolution des métiers du bâtiment dans les années à venir et inventer des méthodes de construction disruptives.

Autre action du Groupe, Bouygues Construction et Centrale Lille ont annoncé en mai 2018 la création d’une chaire de recherche pour accroître la productivité dans le secteur du bâtiment. Dans cette optique, l’équipe mixte de recherche, composée de doctorants, de jeunes chercheurs et de collaborateurs de Bouygues Construction, travaille sur trois axes majeurs de recherche :

  • la robotique et l’automatisation sur chantier : industrialisation de la production par l’étude des possibilités d’utilisation des robots, de l’impression 3D et de la préfabrication sur chantier ;
  • l’optimisation des chantiers : collecte, traitement et utilisation automatiques des données de chantier pour une meilleure organisation de la production et de la chaîne logistique ;
  • l’introduction de méthodes disruptives dans la conception : permettant une conception efficace, automatisée, intelligente et adaptée.

Tirer parti de l’intelligence artificielle pour la collaboration et la créativité

Dans son exposé, Peter Gloor, chercheur au Center for Collective Intelligence de la Sloan School of Management du MIT, a souligné comment tirer parti de l’IA dans la collaboration en créant des essaims créatifs sous forme de réseaux d’innovation collaborative (COINs).

Peter Gloor : Réseaux de collaboration et d’innovation (RIO)

Un essaim créatif est une approche différente d’interagir qui consiste, pour les membres d’une équipe, à aborder les projets ensemble plutôt que de travailler en silos. L’idée étant que cette approche amène plus de ‘cerveaux’ dans le processus créatif pour décomposer les sujets complexes, susciter la collaboration et accélérer le rythme de production d’idées. Un COIN est un groupe intrinsèquement motivé de personnes travaillant ensemble via le Web, soutenu par la technologie informatique et l’IA, pour créer quelque chose de radicalement nouveau.

« S’il vous faut une semaine pour répondre à un email au sujet d’un projet, êtes-vous réellement impliqué ? »

Investir dans la bonne direction

L’innovation numérique axée sur les données redéfinit la façon dont les organisations créent et gèrent la valeur en interne et en externe. Ce changement a été au centre de la présentation de Michael Schrage, chercheur universitaire au MIT Center for Digital Business.

Insistant sur le fait qu’il est essentiel que les entreprises comprennent vraiment leurs clients, M. Schrage pense que la clé de la transformation numérique est d’investir dans le capital humain, la créativité et les compétences de ses clients. « La réponse à la question fondamentale de savoir dans quel secteur d’activité nous sommes – dépend en réalité des clients que vous voulez », a-t-il affirmé. « Autre grande question : comment rendre nos clients plus porteurs de valeur, même à leur propres yeux ? »

« L’innovation, c’est de concevoir des clients, pas seulement de nouveaux produits, de nouveaux services et de nouvelles expériences utilisateur »  Qui voulez-vous que vos clients deviennent ? (2012) Michael Schrage

Le sociologue industriel français Frederick Le Play (1806-1882) a révolutionné la stratégie commerciale en reconnaissant que le bien le plus précieux d’une mine de charbon n’était pas les matières premières extraites, mais ses mineurs. Aujourd’hui, ce message ne concerne plus les employés d’une entreprise, mais les clients interagissant avec Google, Amazon, Netflix, LinkedIn, par exemple, et qui fournissent à ces entreprises des informations essentielles sur leurs habitudes.

« Le produit le plus important d’un réseau est le réseauteur », a déclaré M. Schrage. « Les gens n’achètent pas des produits, ils achètent une meilleure version d’eux-mêmes. Disney, par exemple, permet à ses clients de devenir des héros et des héroïnes, des princes et des princesses, des rois et des reines. »

Google, Amazon et Netflix savent que leur produit le plus important est vous

Comme toutes les technologies nécessaires pour concevoir des clients sont aujourd’hui disponibles, les entreprises doivent les utiliser en prêtant attention à la culture, à la segmentation, à l’environnement social et aux compétences, a expliqué M. Schrage. « Vous devez permettre aux gens de se segmenter eux-mêmes. Les réseaux sociaux sont un appât pour l’auto-segmentation. »

Christophe Lienard, Directeur de l’Innovation du Groupe Bouygues

 

Photo de couverture: Flickr/cc – Thomas Hurst

Add Your Comment

deux + 18 =