.. Loading ..

Sans chauffeur à La Défense

By: Lesley Brown 30 juillet 2017 no comments

Sans chauffeur à La Défense

Paris, 3 juillet : opéré par Keolis et fourni par Navya, trois navettes autonomes proposent maintenant des trajets dans le quartier d’affaires de La Défense.

Ce nouveau service de mobilité est financé par Ile de France Mobilités, l’autorité des transports en Ile de France (STIF auparavant). L’objectif ? Offrir une option complémentaire sur le premier / dernier kilomètre, ou plutôt demi-kilomètre, pour les visiteurs et les salariés du quartier.

  • Le plus grand quartier d’affaires d’Europe (560 hectares), La Défense, est aussi une destination touristique – en grande partie grâce à son imposante Grande Arche, sa très large esplanade et ses vues imprenables sur la ville.

D’ici à la fin de l’année 2017, trois navettes 100% électriques – du modèle Navya Arma – vont silencieusement (pas de moteur à combustion) desservir trois trajets dans le quartier d’affaires.

Opérant de 8h du matin à 20h les jours de la semaine, et de 10h à 18h les week ends et jours fériés, les trajets sont gratuits avec un passage toutes les 10 à 20 minutes (oui, ce serait peut-être plus rapide à pied, mais s’il pleut, que vous avez des bagages, que vous êtes avec vos enfants ou que vous portez des talons hauts…).

 

PDG de Navya, Christophe Sapet prenant au vol les questions des journalistes

 

Glissant à 7 km/heure – plus rapide qu’une personne à pied, nous ont assuré Keolis et Navya – ces doux véhicules à 11 places circuleront jusqu’à fin 2017. Avec un superviseur à bord d’ici à septembre, puis de façon autonome ensuite.

Un des avantages du site de La Défense est que ce n’est pas une route ouverte au public, donc les véhicules peuvent en toute légalité opérer sans chauffeur, a affirmé la porte-parole de Navya.

  • 500,000 personnes pratiquent La Défense chaque jour. La gestion de La Défense est confiée à un opérateur détenu par l’Etat, la compagnie Defacto, qui est très investie sur les questions de nouvelles mobilités.

D’après Christophe Sapet, PDG de Navya : Notre priorité n’est pas uniquement l’aspect technologique mais aussi la ‘ relation ‘ entre les véhicules et leur environnement direct. La Défense est un test difficile et important tant il y a de personnes et d’obstacles sur les trajets.

 

11 places assises, et de l’espace (debout) supplémentaire si besoin

 

 

Montée en puissance

La start-up française Navya a bien décollé depuis sa création en juin 2014. Elle compte maintenant 150 employés, 45 navettes sont en train d’être déployées partout dans le monde, et le chiffre d’affaires suit.

En octobre 2016, l’entreprise basée à Lyon a levé 30 millions d’euros de fonds auprès d’investisseurs français, Valeo et Keolis, et auprès du qatari Group8.

Cela renforce notre développement à l’international, et nous permet de continuer à investir en R&D pour rester en avance dans le domaine des véhicules autonomes, d’après M. Sapet. L’augmentation de capital nous donnera la structure pour une croissance dans la durée.

Le 19 juin, Navya annonçait que sa première usine outre-Atlantique serait au Michigan.

Pourquoi le Michigan ? Parce que l’entreprise a déjà un partenariat avec Mcity, un partenariat public-privé mené par l’université du Michigan pour développer la technologie des véhicules autonomes et connectés. De plus, Mcity lancer cet automne un service de navette autonome sur le Campus Nord.

  • Globalement, nous devrions être en capacité de produire 400 à 500 véhicules d’ici à fin 2017, affirme M. Sapet. Et nous visons des bénéfices à la fin de l’exercice 2018/2019.

Enclin à se présenter comme un fournisseur de services de mobilité (MaaS – Mobility as a Service), allant du véhicule lui-même à l’assurance, la maintenance, et la supervision… en mai 2016, Navya a lancé un programme de leasing. Au prix de 9 500 euros par mois, cette option est certainement bien moins douloureuse pour la bourse que le prix actuel d’une seule navette à 250 000 euros.

Pour M. Sapet : La durée de vie d’un véhicule est d’environ 7 ans. Mais ensuite il peut être rénové avec la génération suivante de technologies et ainsi de suite.

Keolis n’en est pas à son premier coup d’essai avec La Défense, l’opérateur a déjà lancé Navly à Lyon en septembre 2016.

 

De gauche à droite : l’équipe Keolis. Laurent Kocher, directeur exécutif, marketing, innovation & services ; Jean-Pierre Farandou, Président de Keolis

 

Nous sommes fiers de travailler avec Ile de France Mobilités à l’introduction de ce service de transport innovant dans le plus grand quartier d’affaire européen, déclare Jean-Pierre Farandou, Président de Keolis.

Les solutions de mobilité partagé, électriques et autonomes, sont une composante essentielle de la mobilité de demain.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Add Your Comment

3 × quatre =