.. Loading ..

Energy Observer – l’énergie du futur

By: FM_Admin 16 juillet 2017 no comments

Energy Observer – l’énergie du futur

Fluide et chic, l’Energy Observer est une maison électrique flottante. Conçu pour être autonome en énergie, alimenté par des énergies renouvelables et l’hydrogène généré à bord, le catamaran de 30,5 x 12,8 mètres est amarré à Paris ce mois de juillet pour faire sa promotion, avant de prendre la mer.

Son équipage, mené par Jérôme Delafosse et Victorien Erussard, se prépare à embarquer pour une odyssée de six ans autour du monde, avec des escales prévues dans 101 ports et 50 pays.

« Energy Observer est une plate-forme expérimentale extrême », a déclaré M. Delafosse, « une plate-forme médiatique pour éveiller les consciences et rencontrer des personnes qui innovent dans l’énergie dans tous les secteurs – de la nourriture et du logement aux soins de santé et aux transports ».

Au cours de l’expédition, le navire devrait atteindre l’autonomie énergétique grâce à un mix d’énergie solaire et éolienne, ainsi que la production décarbonée d’hydrogène provenant de l’eau de mer.

Le navire embarque beaucoup de technologies à bord :

– 130 mètres carrés de panneaux photovoltaïques utilisant trois types de technologies différentes ;

– deux éoliennes à axe vertical ;

– une pile à combustible de 22 kW pour générer de l’électricité à partir de l’hydrogène stocké, qui agit comme un prolongateur de portée pour le navire ;

– des réservoirs d’hydrogène pour le stockage d’énergie à long terme (62 kg de H2) ;

– des batteries Li-Ion 440V pour un stockage d’énergie à court terme et en cas de besoin de puissance.

Une voile de traction intelligente (kite) permet au navire de réduire la dépense énergétique en 1) en utilisant le vent 2) En utilisant la conversion des moteurs électriques en hydrogénérateurs.

« Il s’agit d’intégrer toutes les technologies essentielles à la transition énergétique », a déclaré Pierre-Etienne Franc, vice-président Advanced Business and Technologies chez Air Liquide, qui soutient le projet.

 

Changement de vitesse

Dans une vie antérieure et avant sa transformation, l’Energy Observer était un bateau de course. Propriété du navigateur Sir Peter Blake et naviguant sous le nom Enza New-Zealand, le catamaran a remporté le Trophée Jules Vernes en 1994.

« Nous ne sommes pas sur un bateau de course, nous ne voulons pas dépasser les records de vitesse », explique M. Delafosse. « Notre objectif est de faire des arrêts pour rencontrer des gens, pour parler de l’innovation et des idées pionnières en termes de transition énergétique.

« Nous devons arrêter la culpabilisation et encourager tous ceux qui prennent des mesures, peu importe qu’elles soient grandes ou petites, vers une énergie du futur propre ».

 



Gratter sous la surface

Au fur et à mesure que l’élan prend de l’ampleur vis-à-vis des énergies renouvelables, la sensibilisation à leurs impacts est tout aussi importante. Par exemple, les métaux sont nécessaires pour produire des panneaux solaires, et quand certains sont abondants et extraits dans de nombreux endroits, d’autres sont coûteux et/ou rares et/ou seulement disponibles dans quelques pays.

Le cycle de vie des panneaux utilisés par Energy Observer se situe entre six et dix ans.

« Oui, nous sommes conscients que rien n’est parfait, mais je suis convaincu que les énergies renouvelables devenant attractives, les gens trouveront des solutions de recyclage », a déclaré M. Delafosse à Futura-Mobility. « Je ne doute pas qu’il y aura une entreprise de recyclage photovoltaïque dans les années à venir. Nous verrons ».

 

Économie de l’écologie

La chaîne hôtelière Accor, l’entreprise de logistique Delanchy, le groupe Air Liquide et le constructeur automobile Toyota… le nombre de partenaires et de soutiens au projet Energy Observer est impressionnant.

« Nous travaillons à réduire l’empreinte écologique de nos hôtels tout au long de leur cycle de vie », a déclaré Sébastien Bazin, président et chef de la direction d’AccorHotels.

« Cela commence par rendre nos bâtiments plus économes en énergie dès leur construction ».
« L’écologie est devenue une filière économique et cela nous convient, » dit M. Delafosse. « C’est le meilleur espoir pour la transition énergétique ».

Toyota France soutient l’expédition en fournissant à l’équipage des voitures à essence Mirai pour se déplacer pendant les escales. Parlant avec Futura-Mobility sur l’adoption de l’automobile à l’hydrogène, la concurrence avec d’autres constructeurs comme Hyundai, et les perspectives d’avenir, Sébastien Grellier de Toyota France a déclaré : « Ensemble, nous [industries] préparons le gâteau. Plus tard, nous verrons qui attrape les plus grandes parts ».

 

Service de taxi à hydrogène basée à Paris, Hype, qui compte trois Mirais dans sa flotte



Tous ensemble

« Les deux acteurs clés de la transition énergétique », estime M. Delafosse, « sont les consommateurs – ce sont eux qui décident – et les entreprises. Nous voulons que l’Energy Observer laisse les gens sans voix. Dans les pays en développement, par exemple, pour les aider à comprendre ce que représente l’abandon des combustibles fossiles, l’adoption des énergies renouvelables et, j’espère, pour les encourager à faire des démarches dans la même direction ».

« Ce projet ne fonctionnera que si l’ensemble de la population adhère », a déclaré M. Franc d’Air Liquide. « Son aspect pédagogique est fondamental ».

Un autre soutien de poids dans le camp de l’Energy Observer est celui de Nicolas Hulot. Le Ministre français de la transition écologique et solidaire a été impliqué dans le projet dès le début : « il a été l’un de ceux qui a suggéré l’hydrogène », a déclaré M. Delafosse. « J’ai beaucoup d’espoir qu’il fera de bonnes choses ; de plus, des décisions concrètes ont déjà été prises pour la stratégie climatique ».

« Nous avons sous-estimé la part de l’hydrogène dans la mobilité durable… pour les voitures, mais aussi pour les camions, et peut-être même les navires et les avions à long terme », a déclaré M. Hulot sur la station de radio RTL (le 10 juillet).

 

Add Your Comment

quinze − deux =