.. Loading ..

Voyage exploratoire en Israël, direction Tel Aviv – juin 2019

By: Lesley Brown 2 juillet 2019 no comments

Voyage exploratoire en Israël, direction Tel Aviv – juin 2019

Par Joëlle Touré, déléguée générale, Futura-Mobility

 

Nous étions onze au départ de Paris pour ce voyage exploratoire en Israël, direction Tel Aviv. Guidés par les frères Dan, André et Yossi de Challengy – autoproclamés avec malice « open » et « innovation » tant ils maitrisent l’écosystème local – ces 3 jours sur place ont été riches de rencontres.

 

De gauche à droite : Sylvie Caruso-Cahn (SNCF Réseau), Arnaud Julien (Keolis), Raphaël Legendre (SNCF Réseau),  Johann Goineau (Colas), Joëlle Touré (Futura-Mobility), Virginie Alonzi (Bouygues Construction), Christophe Le Guern (Colas), Eric Le Moal (SNCF Réseau), André Dan (Challengy), Christophe Lienard (Groupe Bouygues), Frédéric Fourié (Michelin), Yossi Dan (Challengy), Vincent Maret (Groupe Bouygues), Gérard Feldzer (Futura-Mobility / France Info). Photo © Challengy

 

Start-up nation

Israël, « Startup nation » par excellence bénéfice à la fois d’une position centrale entre l’Ouest et l’Est et d’une mixité culturelle et académique source d’innovation. Avec des méthodes de gestion de projets mélangeant la frugalité, la ténacité, un réseau d’entraide très efficace, et une orientation résultats et client, les israéliens semblent avoir sélectionné le meilleur de compétences du Moyen-Orient et de l’Amérique du Nord – où étudient de nombreux israéliens – pour développer une très forte culture d’innovation.

Résultat, plus de 6 000 start-up sont en activité dans ce pays de seulement 9 millions d’habitants ! Elles côtoient plus de 100 fonds de venture-capital, une centaine de business angels très actifs, travaillent avec les 9 centres universitaires israéliens, les 80 incubateurs dont 20 publics-privés. Ramené à l’habitant, Israël est le pays qui investit le plus dans sa R&D au monde.

Signe des temps, lors de notre voyage, pas moins de 3 centres de R&D ont ouvert leurs portes. Celui de l’alliance Renault-Nissan, celui de Ford et celui de Yandex, un opérateur de véhicules autonomes russe.

 

Ecomotion – salon des mobilités

Le salon EcoMotion a ouvert ses portes par une intervention exceptionnelle de Bill Ford dont on retiendra qu’il a définitivement tourné la page de l’époque de son grand père Henri qui disait : « tout le monde devrait avoir une voiture ». Bill Ford, depuis longtemps investi dans les questions environnementales, affirme quant à lui : «  nous devons partager les véhicules ». A chaque époque ses défis.

Les speed-datings organisés par nos hôtes sur notre superbe pavillon ont à la fois épuisés et ravis les participants !

 

© V. Maret

 

© V. Maret

 

Premier élément marquant, la place du thème Autonomie dans le parterre de start-up présentes. Peu de micromobilité par exemple. Comme partout dans le monde, il y a en Israël des start-up très innovantes, en avance sur leur temps et d’autres dont on comprend mal l’intérêt tant elles sont parties de la technologie et non du marché. De même, on constate une grande place accordée à la route et peu de place pour l’aérien, le rail et le maritime dans les sujets des start-up … celles présentes à ce salon en tous cas.

Parmi les quelques pépites trouvées sur place, une mention spéciale peut être donnée à cette start-up, Iphysicist, qui présente une lentille courbée en plastique permettant de voir très près de l’œil une image animée (vidéo) avec une qualité impressionnante. Les applications en mobilité sont faciles à imaginer, en réalité virtuelle ou augmentée par exemple ou en effet miroir sur les vitres.

 

© Iphysicist

                        

Autre coup de cœur – celui-là certainement parfaitement inutile – cette start-up qui propose de transformer en véhicule classique en véhicule « autonome »  en quelques instants. Son secret : mettre le robot Ivo à la place du chauffeur. Le véhicule n’est pas si autonome que cela puisque guidé à distance. Petite impression quand même d’être conduit par E.T. lui-même !  Ivobility, ou comment transformer un humain derrière un volant en un humain derrière une télécommande… On n’a pas encore trouvé d’application concrète !

 

© Ivobility

                      

Grand moment de show à l’américaine pour cette autre innovation, développée en secret pendant 6 ans d’après Daniel Barel, CEO et co-fondateur de Softwheel : le châssis unique REE.  Ce châssis s’adapte à tous types de véhicules électriques, des camionnettes aux SUV en passant par les grandes berlines. « Complètement plat, il permet un gain de place important, présente un poids réduit de 33 % et une empreinte au sol diminuée des deux tiers par rapport aux autres châssis », promet M Barel.

Softwheel affiche déjà des partenariats avec des constructeurs, dont Mitsubishi… Une petite révolution chez les équipementiers ou une très belle opération de communication ? L’avenir nous le dira.

 

© Futura-Mobility

                        

La fée électricité

Quant aux entreprises très certainement en avance au niveau mondial, il y a ElectReon. Le système de charge électrique sans contact est ici prêt : à 40 km/heure, une voiture électrique spécialement équipée peut se recharger en roulant sur une voie, elle-même équipée des composants développés avec le partenaire Hutchinson.

Israël et la Suède sont sur les rangs pour permettre à Electreon de tester son innovation en grandeur réelle et à vive allure. L’Allemagne et la France ont également signifié leur intérêt pour cette technologie.

Pour installer le système sur route, Oren Ezer, CEO et co-fondateur d’ElectReon avance « une ligne, une équipe, un kilomètre, une nuit ».

Wireless charging in action

La cible de cette « route électrique » est dans un premier temps d’installer le système sur suffisamment de grands axes d’une agglomération pour équiper les flottes circulant dans le périmètre comme les bus, les taxis, VTC ou autres voitures partagés. Ainsi, plus besoin d’emporter dans ces véhicules de nombreuses batteries, puisqu’il se recharge régulièrement le long de son trajet.

 

© C. Le Guern

                        

Dans le domaine de l’énergie, Chakratech est une startup qui est également à mentionner. Ses ingénieurs ont développé un volant d’inertie à rotation rapide, permettant d’accumuler de l’énergie cinétique de façon complètement mécanique dans une station dédiée. Cette station permettrait ainsi de fournir de la charge rapide avec une installation électrique de station de recharge classique.

D’après Nir Zohar, co-fondateur et VP business development, « les matériaux utilisés pour ces composants sont recyclables et aucune chimie n’est utilisée ». Chakratec annonce plus de 200 000 cycles possibles de charge et de décharge, permettant ainsi une utilisation « infinie ». Chakratec promet ainsi de faciliter la charge rapide des véhicules.

© Chakratech

 

Prendre de la hauteur

Thomas Curran, Directeur Général et co-fondateur de skyTran, rencontré lors d’un événement associé à Ecomotion, évoque son projet avec Saint Quentin en Yvelines, de mettre en place un skyTran pour le transport des habitants.

Avec des capsules 2 ou 4 places filant à 70 km/h, à une distance d’une demi seconde, une voie de ce système de transport équivaut à « 6 voies d’une autoroute » selon M. Curran. Présentant une très faible empreinte au sol, et un coût d’installation bien inférieur au rail (25M$ capsules et gares comprises), ce système promet de révolutionner le transport en zone dense et périphérique, d’après son fondateur.

 

Représentants de Keolis, Bouygues Construction et SNCF Réseau en discussion avec Thomas Curran © Futura-Mobility

 

© skyTran

 

Autre petite révolution en perspective, Alice est un avion 9 places tout électrique de l’entreprise israélienne Eviation. Reposant sur une propulsion innovante positionnée en bout d’ailes, il embarque 3,6 tonnes de batterie, lui donnant une autonomie de 800 km. Destiné à des passagers d’affaires dans un premier temps, la vision de son fondateur Avi Tzidon est d’en faire un avion permettant de relier des villes éloignées à un coût raisonnable : 200 $ de l’heure au lieu des 2 000$ actuels.

Cet avion, présenté au sol au salon du Bourget en juin 2019, devrait connaître ses premières heures en vol à l’hiver suivant. Il sera alors le plus gros avion électrique au monde.

 

© Eviation

Add Your Comment

12 − quatre =